Prendre soin de soi en temps de pandémie

Share on facebook
Share on linkedin

En temps normal, 55% des femmes de 45 à 64 ans prennent soin des autres. En temps de covid, ce chiffre a probablement grimpé...

Lorsque le 13 mars dernier le confinement a débuté, j’ai vite réalisé que mon rôle de mère prenait le dessus sur tous mes autres rôles, un peu comme si je m’étais sentie «en alerte» et que je devais sauver ma petite. Pourtant, ce n’est plus une petite, elle a maintenant 18 ans.

J’ai alors commencé à observer les femmes autour de moi. Plusieurs d’entre elles réagissaient comme moi. Elles étaient celles qui prenaient soin et elles multipliaient les rôles: confidente, cuisinière, professeure, motivatrice, bricoleuse. Elles étaient toutes devenues gardiennes de phare, celles qui veillaient sur leur famille… immédiate et élargie: parents, beaux-parents et amis.

Avant la pandémie, sans trop y réfléchir, nous prenions un peu de temps chaque semaine pour nourrir notre âme: sommeil réparateur, gym, yoga, jogging, méditation, rire au bureau, loisirs, cours, sorties de filles, lunchs entre collègues, 5 à 7, soupers au resto, «dates» en amoureux, spectacles, cinéma etc.

Après, une fois à la maison, nous nous sentions énergisées. Nous avions des choses à raconter. Oui, bien sûr il y avait du stress mais celui-ci était compensé par notre vie active et joyeuse. Voir des gens nous donnait de l’énergie. Car en effet, l’énergie circule entre les gens et permet de rehausser notre taux vibratoire.

Le stress n’est plus le même.

Avant la Covid, le stress était différent, il était temporaire, et il était relié la plupart du temps à UN seul aspect de notre vie. Depuis mars, le stress est constant et touche à plusieurs aspects de la vie: réseau social, perspectives d’avenir, finances, télé-travail, école à la maison, enfants ou jeunes adultes anxieux, peur de la maladie, peur de contaminer les autres, peur de l’inconnu, peur d’aller faire l’épicerie, peur de ne pas revenir à une vie normale… bref, beaucoup de peurs….

Imaginons un instant que la gestion de stress est comme lexfoliation de la peau. Notre esthéticienne nous recommande l’exfoliation régulière pour dégager les petites peaux mortes au fur et à mesure et pour mieux faire agir la super crème à 150 $.

La gestion du stress, c’est un peu comme l’exfoliation de notre vie.… En temps de pandémie, la gestion du stress au fur et à mesure n’a jamais été aussi importante. Un peu comme si on exfoliait notre vie des «peaux mortes», on doit laisser aller de manière régulière les irritants afin qu’ils ne s’accumulent pas dans notre vie, notre énergie et notre corps.

Voici quelques idées pour «exfolier votre vie»…