Écoutez votre âme lorsqu’elle vous dit : j’ai besoin d’entrer dans ma caverne.

natalia théoret coach neuro quantique montréal et estrie

Il y a quelques jours, j’ai réalisé que cet été j’avais pris soin de moi à ma manière à moi. La musique et ma caverne ont constitué ma thérapie. Je vous raconte donc mon été de soleil, de musique et de «farniente». Et je vous souhaite de trouver ce qui est bon pour vous afin que vous sachiez dans quelle direction marcher lorsqu’il y aura des journées de pluie dans votre vie.

natalia théoret, coach PNL et neuro quantique montréal et estrie

À la fin juin, après une année et demie riche en émotions et en apprentissages (4 décès, 2 déménagements et 2 réajustements pour la garde de ma fille), j’ai eu l’intuition de décrocher complètement. Décrocher de tout ce qui était extérieur. Décrocher de ma vie. Décrocher des obligations. Décrocher de ma vie professionnelle. Décrocher de Facebook. J’avais besoin d’être seule avec moi-même, ralentir la cadence et écouter ce que mon cœur avait à me dire.

Le 23 juin, ma fille est partie à Londres et je me suis dit « Je prends la prochaine semaine juste pour moi. Juste UNE petite semaine pour moi. Je ne serai pas au service des autres. Je ne serai pas la fille de, la nièce de, la mère de, la coach de, l’amie de. Non, je serai simplement Natalia, la femme qui aime écouter de la musique, les cheveux au vent.»

J’ai donc passé TOUTE la semaine au Festival de Jazz, à NE RIEN FAIRE, à simplement écouter de la musique au soleil. C’était comme un RESET. Comme si j’avais besoin de faire le vide en moi et autour de moi pour pouvoir entendre ma petite voix intérieure… au son du jazz !

Puis, après cette semaine-là, ma fille est revenue et j’ai conservé le «beat» de la parfaite festivalière. Je me couchais tard, je me levais tard, je flânais, je parcourais la ville sans but précis : un café, un pique-nique au parc, une petite visite au marché, un spectacle de l’Orchestre Métropolitain au Mont-Royal. Facebook se faisait une joie de me proposer tous les concerts gratuits de la Métropole. C’était presqu’une job à temps plein: écouter de la musique et penser à moi, juste à moi. Et peu à peu, j’ai renoué avec la vie extérieure… ma fille, quelques amies précieuses, les livres et ma vie professionnelle.

Vers le milieu de l’été j’ai compris pourquoi j’avais senti en juin le besoin d’agir en «sauvageonne». Je n’avais jamais pris un instant depuis novembre 2017 pour penser à moi, pour revisiter ce que j’avais vécu, pour voir ce que cela avait changé en moi. Je savais que je n’étais plus la même mais je n’avais jamais pris le temps de me questionner sur ce que je voulais maintenant pour la suite de ma vie.

Pour la deuxième partie de l’été, j’en ai donc profité pour entrer dans ma caverne et pour passer beaucoup de temps en tête à tête avec moi-même, la plupart du temps dans le silence… écrire, lire, méditer, marcher parfois 10 km par jour, faire du yoga, relire mes pages du matin des dernières années, boire des jus verts, faire du sorbet, cueillir des bleuets, flâner près de ma petite rivière magique à Dunham, promener Rosie et surtout me questionner… qui suis-je maintenant ? de quoi ai-je envie maintenant ?

J’ai réalisé que ces deuils ont changé mon ADN, comme si j’étais maintenant dépouillée du superflu et que je touchais plus que jamais à mon essence. Ainsi, j’ai compris que je ne peux plus travailler, écrire, agir, aimer comme avant. Je ne peux plus mettre mon énergie aux mêmes endroits. Bref, je ne peux plus vivre ma vie d’avant… Alors j’ai commencé à imaginer à quoi ressemblera ma vie de femme de 50 ans. Et je l’avoue, l’image que je me fais depuis quelques semaines n’est plus tout à fait dans la lignée de ce j’avais imaginé. En fait, j’ai décidé de créer et de vivre très bientôt ce que je souhaitais vivre dans 5 ou 10 ans. La vie passe trop vite et je n’ai plus une minute à perdre.

natalia théoret, coach PNL et neuro quantique montréal et estrie

Le temps est notre allié.

Un an après cette année difficile, je suis heureuse de vous écrire que JE VAIS BIEN. Même très bien. Je l’ai dit à des clientes, pour leur donner espoir et les rassurer.  Le concept d’impermanence s’applique à toutes les situations. Oui, tout change. Le temps est notre allié.

En août 2018 je n’aurais jamais pensé qu’un an plus tard j’irais aussi bien. Je croyais avoir perdu à jamais ma joie de vivre, ma légèreté, ma vitalité, ma paix d’esprit. Je disais à la blague qu’Amélie Poulain était «back order». Et bien, non. Tout cela était toujours en moi. Je devais juste faire un petit ménage pour y avoir accès à nouveau. J’y suis arrivée. Je suis fière de moi et du chemin parcouru. Et je sais que vous aussi vous pourrez le faire si un jour la vie met sur votre route des défis.

Vous penserez alors, Natalia nous l’avait bien dit que tout est impermanent.

Au plaisir de vous lire ici dans les commentaires.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *