Petit Guide pour bien vivre l’isolement volontaire.

Depuis jeudi dernier, je regarde la situation évoluer, plus en tant que femme et mère d’une fille de 18 ans qu’en tant que coach. Alors, oui, je l’avoue, je suis passée par toute la gamme des émotions. Et je suis peu à peu retombée sur mes «pattes». J’ai réalisé à quel point chaque petit geste a un impact majeur sur mes journées.

Voici 10 points qui m’aident et qui peuvent vous aider à vivre ce passage.

  1. Dites-vous que tout cela est TEMPORAIRE et que nous sommes tous dans le même bateau. 

    Oui, nous allons sortir de ce confinement dans quelques semaines.

    Si l’isolement vous pèse et si vous sentez l’inquiétude ou la tristesse monter, parlez ou écrivez à un ami.

    Essayez aussi ce court exercice pour vous sentir relié, même si vous êtes seul à la maison.
    Fermez les yeux. Placez les mains sur votre coeur et imaginez que votre coeur bat à l’unisson avec les gens que vous aimez. Voyez leurs visages dans votre tête. Sentez votre coeur qui vibre avec chacune de ces personnes que vous aimez. Sentez et visualisez votre champ énergétique avec une couleur qui rejoint celui des gens que vous aimez.

    Puis, imaginez que vous avancez sur un chemin lumineux et voyez devant vous votre personne dans quelques semaines qui sort de la  maison, qui respire l’air frais à pleins poumons, qui fait des calins à vos amis et pourquoi pas, qui danse dans les rues avec le sentiment de fierté dans le coeur.

    Visualisez-vous sortir de ce passage, dans quelques semaines, transformé.

  2. Le matin, au réveil, accueillez ce qui est là.

    Les pages du matin n’ont jamais été aussi importantes que maintenant. Cela vous permettra de rehausser votre niveau d’énergie AVANT de voir toutes les infos et les chiffres qui ont pour effet de miner le moral.
    Si vous voulez des idées pour votre rituel matinal, téléchargez gratuitement mon petit guide.

  3. Le soir, visualisez votre journée du lendemain.

    Vous pouvez vous demander en soirée ce que vous aimeriez apprendre, découvrir, essayer le lendemain. Parfois, c’est une toute petite chose, comme apprendre une recette, créer un bricolage avec les enfants, appeler une personne. Par exemple, depuis des mois je voulais diffuser des méditations et je ne prenais jamais le temps pour le faire. Il y a 2 jours, je me suis ouvert un compte Soundcloud et j’y ai mis ma première méditation que j’ai enregistrée avec mon iphone. Et dans quelques jours, je veux apprendre avec ma fille à mieux utiliser Garage Band pour mixer ma voix sur de la musique et faire de belles méditations.

4. Vibrez la joie tous les jours.

La tristesse aurait un impact direct sur le système immunitaire. Même si cela n’est pas nécessairement facile, créez des prétextes dans la journée pour vibrer la joie dans votre coeur et votre tête.

Chaque jour, écoutez de la musique qui met du pep dans votre coeur, jouez, bricolez, apprenez quelques mots d’italien, bref, vibrez la joie. Voici un lien pour les cours d’italien en ligne et une vidéo touchante de mon groupe de musique montréalais préféré.

https://www.facebook.com/TheBrooksMTL/videos/216636409409049/
https://www.youtube.com/watch?v=tZs1W13nIzs

5. Tenez-vous informé une heure ou deux max par jour.

Lorsque la crise a débuté, je passais des heures à regarder RDI, à lire des articles qui parlaient de la situation en Chine et en Europe. Après une semaine, j’étais de plus en plus anxieuse. Maintenant, j’ai choisi de regarder à 13h chaque jour le point d’informations de notre premier ministre, Monsieur Legault ainsi que 24-60 à Rdi à 19h. Et je lis quelques journaux comme La Presse et le New York Times. J’essaie de m’en tenir à cela.

6. Si vous en ressentez le besoin, pleurez.

Ne refoulez pas votre tristesse. Au courant de la journée, il est possible de passer par toute la gamme des émotions. Et il est bon de simplement les accueillir et ne surtout pas les refouler. Ma fille et moi nous avons parlé de nos déceptions, de nos inquiétudes. Ma fille est triste de voir sa session de cégep compromise, elle s’ennuie de ses amis et de son père qui est en estrie. Après l’incertitude du réchauffement climatique, cela représente pour elle une autre grande déception. Nous en avons parlé. Nous avons pleuré ensemble. Puis, nous avons mis de la bonne musique et nous avons cuisiné. Il y aura d’autres moments comme ceux-là, il faut juste les accueillir.

7. Gardez contact et prenez des nouvelles des amis et des connaissances.

Par messenger, Facetime ou le bon vieux téléphone, il est possible de se remonter le moral. On peut aussi écrire un petit mot pour savoir comment ça va. À chaque jour, j’écris et je prend des nouvelles de clientes, d’amies, de cousins etc. En faisant cela, j’ai découvert qu’une bonne amie est présentement confinée au Salvador alors que les frontières sont fermées. On échange régulièrement. Ce sont de touts petits gestes mais qui l’aide énormément, elle me l’a dit. Elle se sent moins seule dans sa casita dans la jungle.

8. Méditez. Méditez. Méditez.

Je crois que c’est l’élément le plus important. La méditation nous permet de nous éloigner de nos peurs, de revenir dans le moment présent, de dissoudre les scénarios catastrophiques. Sur ma page Soundcloud, j’ajouterai au fil des jours de nouvelles méditations ainsi que des contes méditatifs, une manière plus ludique d’aborder la méditation.

9. Bougez. Dansez. Marchez.

Pas évident de bouger quand les gyms sont fermés, que les enfants sont à la maison et qu’il n’est pas recommandé de sortir dehors. Voici 2 belles manières de bouger.

Si vous aimez la musique indienne autant que moi vous allez adorer cet entraînement de 15 minutes inspiré de Bollywood.

J’ai aussi repensé à un entrainement que j’avais l’habitude de faire quand ma fille était petite.
Vous vous rappelez sûrement du 7 minutes Work Out. Et comme vous avez beaucoup de temps libre, vous pouvez le faire pour 7, 14, 21, 28 minutes…. Quelques séances réparties au cours de la journée.
En voici un exemple. Sur Youtube vous en retrouverez plusieurs. Il y a aussi une app en différentes versions.

10. Cuisinez. Mangez santé.

Comme le fait le Dr. Arruda, on peux en profiter pour essayer des recettes. Dans les derniers jours, j’ai passé quelques matins à essayer des recettes de galettes de sarrasin. Certaines ont fait grimacé ma fille mais le 4e matin, j’y suis arrivée.  Je cherchais une manière de faire des galettes utilisant le moins d’ingrédients possible…. car habituellement je fais mes crèpes avec plusieurs sortes de farine, sans gluten, du lait de cashew et plusieurs oeufs. Voilà ce que ça a donné.

Galettes de Sarrasin
2 tasses de farine de sarrasin. 1 oeuf. Un peu d’huile. 3 tasses d’eau. Vanille.
Selon la consistance que vous désirez, vous pouvez mettre plus ou moins d’eau.

 

Au plaisirs de vous retrouver en chair et en os très bientot.
Mais d’ici là, vous n’êtes pas seul, nous sommes ensemble dans ce passage.

Je vous embrasse très fort. xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *